Vetëvendosje face à la “colonisation” internationale

Dans le contexte du blocage du processus de négociation sur le statut final du Kosovo, nait, en 2005, un mouvement citoyen: Vetëvendosje, « autodétermination ». Depuis 1999 et jusqu’en 2008, la MINUK (Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo) était chargée d’administrer le territoire et la population du pays. Onze ans après la guerre, nourri par la lenteur des négociations et longueur du mandat de la MINUK, le mouvement Vetëvendosje cristallise aujourd’hui toute l’impatience et la grande volonté d’une réelle autodétermination des Albanais du Kosovo.

Le Manifeste du mouvement se base sur le constat d’une domination, à travers le temps, des différentes puissances étrangères sur le Kosovo. Celui-ci serait, à chaque étape de l’histoire, la victime chronique des différents régimes: celle de l’Empire ottoman (jusqu’à la première Guerre mondiale), des différentes Yougoslavies (1918-1941 puis 1945-1991), puis, surtout, de la République de Serbie, jusqu’en 1999. Vetëvendosje considère ainsi la MINUK comme la nouvelle étape de cette domination, une nouvelle forme de colonisation, dans laquelle les Kosovars seraient privés de leur liberté fondamentale, celle de s’autogérer.

Au coeur de la ville - par Pierre Bonifassi

Toutefois, bien que le mouvement s’oppose à toute forme de négociation avec la Serbie sur le statut final du Kosovo, qui mènerait, selon eux, à un rejet de l’indépendance et à une récupération du pays par Belgrade, celui-ci demeure pacifique et prend la forme d’un véritable mouvement citoyen. Ainsi, plus populaire que réellement puissant, Vetëvendosje mène, depuis 2005, de nombreuses campagnes médiatiques contre la MINUK, autour de slogans fédérateurs: « TUNG » signifiant en albanais « au revoir » autour des initiales des « UN » des Nations Unies.

 

La proclamation unilatérale de l’indépendance du Kosovo n’a toutefois en rien éteint les ardeurs de Vetëvendosje. En effet, bien que les Kosovars puissent aujourd’hui élire leurs représentants et que le pays développe, tant bien que mal, ses propres institutions, les foudres se sont récemment portées sur la mission européenne EULEX. Mise en place dès février 2008 et forte d’un puissant contingent (approx. 2000 membres), elle a pour objectif de remplacer la MINUK, sur le terrain, dans ses missions de police, de justice et de douanes. Qu’elle soit l’émanation des Nations Unies ou de l’Union européenne, et bien qu’elle soit de nouveau « provisoire », cette présence extérieure est toujours vécue, pour les partisans de Vetëvendosje, comme une situation d’« occupation ».

Ce sentiment a par ailleurs été exacerbé par les « dérapages » réguliers des deux missions. En 2007, lors d’une manifestation devant le siège de la MINUK, deux personnes ont été tuées par des policiers roumains, à bout portant, par des balles en caoutchouc « non-conformes ». Les deux policiers ont été rapatriés dans leur pays, sans autre forme de procès ; Albin Kurti, chef de file très populaire de Vetëvendosje, a été emprisonné pour avoir mené cette manifestation. En avril dernier, seize policiers roumains d’EULEX, rebaptisée « Euleksperiment », ont été confondus, en Macédoine, dans une affaire de trafic d’alcool et de cigarettes. Les accusés ont été également renvoyés dans leur pays, portant une nouvelle fois le discrédit la mission européenne.

EULEX accusée de collaborer avec Belgrade - par Pierre Bonifassi

Un discours radical, sur une base historique parfois revisitée mais fédératrice, des slogans chocs, un chef de file charismatique envoyé devant les tribunaux par la « puissance occupante »… Soit un terrain propice à la radicalisation d’un discours qui ne saurait être combattu par la classe politique kosovare, ouvertement qualifiée d’« inefficace » et de « corrompue », par ses propres citoyens. Vetëvendosje devient aujourd’hui un mouvement toujours plus populaire et incontournable, dont on pourrait craindre les conséquences de son discours radical dans le contexte régional, si cependant on oubliait le très fort attachement des Albanais du Kosovo à l’intégration européenne, donc à la stabilité du pays.

Philosophe, un Kosovar m’a récemment donné la conclusion de cet article: « Cette situation [la présence onusienne et européenne] montre bien que si c’est certes nous qui avons lancé la guerre d’indépendance du Kosovo, nous ne l’avons pas gagnée seuls ». Une manière  d’accepter, avec une pointe de résignation, cette «ingérence internationale».

Pierre Bonifassi

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Kosovo/Albanie, Kosovo/Europe, Kosovo/Serbie, Vie Politique

6 réponses à “Vetëvendosje face à la “colonisation” internationale

  1. Amélie G

    Intéressant ton article, et qui apporte un éclairage concret à celui paru aujourd’hui sur lemonde.fr qui évoque l’impérialisme européen dans les Balkans.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/05/10/l-union-europeenne-est-un-substitut-d-empire-vis-a-vis-des-balkans_1349352_3214_2.html

    Malgré toute l’aide que l’UE et les autres pays apportent au Kosovo, on peut comprendre l’arrière goût qu’a la liberté « importée » dans la bouche des Kosovars.

    Enjoy Pristina et le blog Pierre

    pouet

  2. Damien S.

    Point de vue intéressant que celui défendu par Vetevendojsë ! Et s’ils avaient raison… C’est très tentant de le penser. Je viens de m’en rendre compte hier en faisant le lien entre tes articles (remember 2008 !) et l’analyse d’un internationaliste anglais : David Chandler et son dernier ouvrage « Empire in Denial ».

    L’UE se comporterait en Bosnie et au Kosovo comme les empires d’autrefois mais sans se l’avouer officiellement, se préoccupant plus de la gestion de son image publique et de la crédibilité de l’action gestionnaire de la Commission face aux Etats membres notamment que de vraiment s’attaquer aux problèmes de terrain (nombreux au Kosovo). Rien ne semble évoluer pour le Kosovo, me trompe-je ? Quelle est la stratégie de long terme menée par les Européens ? Gérer le Kosovo en vue d’une adhésion, çà prendra des lustres… Les Européens ne sont même pas en train d’oeuvrer pour un dialogue Belgrade-Pristinë qui pourrait calmer les tensions dans la région…

    Le Kosovo, tout comme la Bosnie, semblent donc être condamnnée à rester des « morceaux d’empire », des « périphéries » à gérer pour le bien de la crédibilité et de la survie de l' »Empire européen ». Mais Quid des Kosovars dans tous çà ?

  3. Pingback: Les villes de Mitrovica « Le Chant des Merles

  4. Pingback: Cathédrale Mère Teresa: quelle priorité pour le Kosovo? « Le Chant des Merles

  5. Pingback: Elections anticipées: le Kosovo à la croisée des chemins « Le Kosovo, aujourd'hui.

  6. Illyrian

    Je m’exprime en tant que voix de cette « périphérie » comme cela a été appelée ici dans les commentaires!

    Nous voilà aujourd’hui en face de l’échec total de toute l’hiérarchie.

    D’abord,cette indépendance tellement conditionnée qu’elle est réduite à une colonie du type néo-libéral , traduite par la constitution d’Ahtisaari (et non pas celle du peuple autochtone), exécuté par les marionnettes d’EULEX ,sont aujourd’hui à l’origine de l’angoisse du peuple albanais du Kosovo.

    Ensuite,la privatisation sauvage des services publics, à bas prix et le plus vite possible qui en échange leur offre… des jeeps, des villas, et des costumes de luxes sur le dos de la pauvreté (et la générosité) du peuple…Je me demande, qu’est-ce qu’il y avait d’autre encore dans ce fameux « Pack d’Ahtisaari » si ce n’est un nouveau régime hégémoniste pour remplacer celui de Milosevic.

    « Cette situation [la présence onusienne et européenne] montre bien que si c’est certes nous qui avons lancé la guerre d’indépendance du Kosovo, nous ne l’avons pas gagnée seuls »

    Si l’on va dans ce sens…

    Cela donnerait raison aux américains d’envahir la France qui a été aidée pendant la 2ème guerre mondiale? Ou alors, elle aurait du être martyrisée… comme nous l’avons été pendant le régime de Milosevic.

    Mais bon, après tout Dura lex, sed eulex…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s