Archives de Tag: Mitrovica

Élections 2010: Les clés du scrutin

La campagne officielle s’est achevée, vendredi soir, lors du dernier débat télévisé en direct sur la télévision publique kosovare, RTK. Face à la journaliste réputée Jeta Xharra, les représentants des sept principales formations en lice (AAK, AKR, FER, LDD, LDK, PDK, Vetëvendosje) ont usé leurs dernières cartouches afin de conquérir les nombreux indécis. Toutefois, la campagne électorale a été marquée par un scepticisme aussi profond que paradoxal au sein de la population kosovare.

En effet, si les élections devraient être considérées comme un tournant important dans la jeune histoire du pays, devant affirmer son indépendance et le préparer aux enjeux fondamentaux de son avenir, et bien qu’elles offrent un certain renouveau de la classe politique, une faible participation est toutefois attendue ce dimanche. Les lendemains qui chantent, annoncés par les anciennes gloires de l’UÇK et son chef de file Hashim Thaçi (PDK) lors de la déclaration d’indépendance, sont restés au stade des promesses. Ils ont laissé place à un désenchantement profond, illustré par une abstention grandissante lors des dernières élections et alimenté par un développement économique catastrophique du pays, une corruption généralisée au sommet de l’État et un manque d’expérience (ou une soumission, c’est selon) de la classe politique vis-à-vis de la communauté internationale.

"Je vote, tu votes, il/elle vote, nous votons, vous votez... ils profitent!", l'un des slogans de Vetëvendosje

"Je vote, tu votes, il/elle vote, nous votons, vous votez... ils profitent!", l'un des slogans de Vetëvendosje

Et pourtant, malgré la révolution Vetëvendosje (crédité de 15 à 18% dans les sondages), le succès probable de FER (4-6%) et le maintien de l’AKR et de l’AAK (7-13%), le PDK est toujours donné gagnant (27-30%), suivi de près par la LDK du maire de Pristina, Isa Mustafa.

En effet, l’ancrage territorial des partis politiques Lire la suite

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Eclairage, Elections 2010, Kosovo/Serbie, Minorités, Vie Politique

Les villes de Mitrovica

Une ville, un fleuve. Deux rives, deux communautés. La rivière Ibar, qui traverse la ville de Mitrovica, marque la frontière entre les Albanais et les Serbes du Kosovo. Entre les deux rives un pont. Le Pont. Détruit pendant la guerre de 1999, puis reconstruit par la communauté internationale, il est le symbole de Mitrovica, devenue l’archétype d’une ville divisée, fracturée.

Au Sud du fleuve, Mitrovica est albanaise et musulmane, on y paie en euros et la capitale Pristina y exerce son pouvoir. Ici, une statue pour les héros albanais. Au Nord du fleuve, Mitrovica est serbe et orthodoxe, l’euro fait place au dinar, l’alphabet latin au cyrillique, et Pristina à Belgrade. Là, une statue pour les héros serbes. Les deux communautés se font face, appuient leurs différences mais s’évitent le plus souvent. D’une rive à l’autre, on passe des slogans de Vetëvendosje aux slogans nationalistes serbes. D’un radicalisme à un autre.

Lire la suite

4 Commentaires

Classé dans A la découverte de..., Kosovo/Serbie, Minorités, Vie Politique

Roms: l’empoisonnement par passivité

Victime collatérale des affrontements de 1999, la population rom du nord du Kosovo subit aujourd’hui, selon l’OMS, l’un des plus grands désastres sanitaires et humanitaires de la planète. Avant la guerre, environ 8000 Roms vivaient dans un quartier de la périphérie de Mitrovica, appelé « Roma Mahalla ». Leurs habitations détruites et victimes de persécutions pendant les conflits, ils durent pour la plupart fuir à l’étranger. Toutefois, un millier de Roms sont restés dans la région et ont été contraints de s’installer, au début des années 2000, dans différents camps de fortune: Cesmin Lug et Žitkovac, et Kablar.

Mitrovica et sa région tirent, historiquement, une grande partie de leur développement économique du complexe minier de Trepča. Cependant, les émissions de plomb, d’arsenic et de cadmium qui en sont issues ont provoqué, au fil des années, une très forte pollution des terres et de l’air. C’est pourtant à quelques centaines de mètres de ce complexe que se sont bâtis deux des trois camps roms.

Habitations de Roma Mahalla en ruines

Les conséquences sont dramatiques. Le plomb, très toxique, pénètre rapidement dans le sang, les muscles, et en cas de longue exposition, dans les os et les dents. Dans ce cas, l’organisme peut mettre jusqu’à trente ans pour l’éliminer. Il engendre des séquelles cérébrales, touche les systèmes nerveux et reproducteur, provoque, chez l’enfant, des retards de développement physiques et mentaux. Les enfants sont particulièrement touchés, absorbant de fortes quantités de plomb par les jeux en plein air, une alimentation contaminée, et par l’allaitement. Dans ces camps, le taux de mortalité est bien plus élevé que la normale.

Lire la suite

4 Commentaires

Classé dans Minorités, Vie Politique